Les chantiers
Imprimer cette page 26-12-2005 15:54

Le VIE (volontariat international en entreprise)

Le site d’UbiFrance recense près de 45 000 jeunes candidats au VIE. Le Gouvernement souhaite multiplier les départs pour permettre aux entreprises françaises, notamment aux PME, de se développer à l’étranger.

Le volontariat international en entreprise

Le VIE, mis en place au lendemain de la suppression du service national, offre aux entreprises françaises désireuses de se développer sur les marchés étrangers la possibilité d’utiliser les services d’un jeune volontaire pour une mission de soutien commercial hors de nos frontières. Près de 4 000 jeunes sont en poste en VIE en 2005.

-  Avantages. Cette formule permet à toute entreprise française, quelle que soit sa taille, de confier à un jeune de 18 à 28 ans une mission à l’étranger en étant pratiquement exonérée de charges sociales (seule une indemnité forfaitaire mensuelle est réclamée) et en étant déchargée de toute tâche de gestion de personnel : c’est en effet UbiFrance, l’Agence internationale pour le développement des entreprises, qui assure la gestion administrative et juridique des dossiers.

-  Durée et définition de la mission. La durée du contrat est largement modulable (de six à vingt-quatre mois) en fonction des besoins de l’entreprise. Le contenu de la mission elle-même peut varier selon la stratégie du chef d’entreprise : étude de marché, appui commercial, mise en place d’un projet technique ou d’un réseau de vente... Tout projet ayant pour objectif essentiel le développement des ventes à l’étranger est recevable.

-  Des assouplissements en 2005. Le Gouvernement a décidé, début 2005, d’assouplir encore les règles relatives à l’attribution des agréments VIE. Le volontaire peut désormais couvrir plusieurs pays et travailler pour plusieurs entreprises en même temps. Il peut surtout, pendant le déroulement de sa mission, passer davantage de temps sur le territoire français : la limite maximum a en effet été portée à 165 jours par an au lieu d’un mois précédemment. Une durée qui permet au VIE de mener à bien un véritable travail de mise en place d’un premier service export au sein d’une entreprise.

-  VIE et crédit d’impôt export : la nouveauté en 2006. A partir du 1er janvier 2006, les rémunérations du VIE sont éligibles à l’assiette du crédit d’impôt export. Celui-ci est destiné aux PME de moins de 250 salariés qui engagent des prospections économiques à l’étranger, et permet de couvrir jusqu’à 50% des dépenses de prospection engagées sur une période de vingt-quatre mois et dans la limite de 40 000 euros. Pour en bénéficier, l’entreprise doit créer au moins un emploi dédié à l’exportation.

-  Un accès facile pour les PME. UbiFrance propose désormais des dispositifs d’appui spécifiques tels que le parrainage sur place d’un conseiller du Commerce extérieur, ou encore le tutorat. Celui-ci permet à un grand groupe français implanté localement, ou à la Mission économique de la France, de mettre à la disposition du volontaire ses infrastructures et son expérience du marché local. Enfin, le temps partagé permet de répartir le coût d’un VIE entre plusieurs entreprises.

26-12-2005 15:54

En savoir plus


Accueil ThématiqueToute l'information gouvernementale en continuLes chantiersLe GouvernementParticipez aux forums
République Française   |   SIG © 2006   |   Plan du site   |   Infos Site   |   Version Mobile   |   Màj : 04/06/2007, 14:21