Edouard Balladur
Imprimer cette page 9-07-2004 17:22

Edouard Balladur, discours de politique générale - 8 avril 1993

Conseiller technique au cabinet de Georges Pompidou alors que celui-ci était Premier ministre (1964-1968), Edouard Balladur a notamment participé à la négociation des accords de Grenelle en 1968, aux côtés de Georges Pompidou et de Jacques Chirac. Il a en outre fait partie de la première cohabitation, puisqu’il a occupé les fonctions de ministre de l’Economie, des Finances et des Privatisations de 1986 à 1988.

Second Premier ministre de cohabitation dans l’histoire de la Vème République, Edouard Balladur est désigné par le président François Mitterrand à l’issue des élections législatives de 1993, qui ont conféré au RPR et à l’UDF une très large majorité à l’Assemblée nationale

Lorsque Edouard Balladur se présente devant les députés le 8 avril 1993, il s’adresse à la plus large majorité jamais obtenue dans l’histoire de la Vè République puisque la droite réunit près de 85 % des membres de l’Assemblée nationale.

Il leur déclare qu’ils sont "investis d’une très large confiance et d’un très large soutien populaire", et qu’ils sont "en mesure de donner, en étroite association avec le gouvernement, un élan nouveau à notre Nation, d’apporter à notre société les réformes qui lui assureront à la fois le progrès, l’équilibre et la justice".

Le Premier ministre définit ensuite les trois principes de l’action de son gouvernement : renouveau, tolérance, et rassemblement.

Il a constitué un gouvernement restreint, rassemblé autour d’une même et unique volonté : celle de refaire de la France un exemple. Edouard Balladur constate que les différents conflits (guerre du Golfe et les violences dans l’ancienne Yougoslavie) ont montré que l’Europe de l’Ouest n’avait pas su se mobiliser ni pour contribuer efficacement au développement de l’Europe de l’Est, ni pour assumer ses responsabilités en matière de sécurité du continent.

Il s’inquiète d’autant plus de cette situation internationale que la France ne s’est pas organisée pour affronter ce monde nouveau et mieux y assurer sa position, notamment au plan militaire.

Sur le plan intérieur, le Premier ministre juge la situation économique et sociale de la France "plus grave qu’aucune de celles qu’elle a connues depuis une quarantaine d’années, lorsqu’elle eut surmonté les conséquences de la guerre". Il insiste sur l’aggravation du chômage et de l’insécurité.

Edouard Balladur entend agir sur les déficits publics et la situation financière exacte des régimes sociaux. "Comment la France inquiète peut-elle devenir une France confiante et rassemblée dans l’effort ?" demande-t-il aux députés. "Seule une politique de réforme le lui permettra".

En 1995, Edouard Balladur se présente à l’élection présidentielle. Il n’accède pas au second tour, où s’opposent Jacques Chirac et Lionel Jospin. Il remet sa démission au nouveau président de la République, Jacques Chirac nouvellement élu.



Accueil ThématiqueToute l'information gouvernementale en continuLes chantiersLe GouvernementParticipez aux forums
République Française   |   SIG © 2006   |   Plan du site   |   Infos Site   |   Version Mobile   |   Màj : 04/06/2007, 14:31