Interventions du Premier ministre
Imprimer cette page 8-03-2007 17:33

Allocution lors de la Journée internationale de la femme

-  Retrouvez cette intervention en podcast

Je suis très heureux de commencer ce discours, sans avoir à dire "Mesdames, Messieurs". Donc, bien qu’il y ait quelques messieurs, ce sera

Mesdames,

Mes chères amies,

La dernière fois que j’ai été devant une assemblée aussi impressionnante, c’était en Bulgarie. Lors de ma conférence de presse, il y avait la presse bulgare à gauche, et il y avait la presse internationale à droite. Et la presse bulgare n’était composée que de femmes, et la presse internationale à peu près que d’hommes. Donc, ça a fait un équilibre sympathique.

En tout cas, c’est une grande joie que de vous accueillir ici, dans les salons de Matignon, même si on peut s’interroger sur la caractéristique d’une "Journée de la femme", je le disais à mon épouse, qui rigolait en descendant. Pour nous, la Fête des femmes à la maison, c’est tous les jours. Elle aimerait le croire. Mais enfin... On se donne du mal, on fait des efforts en tout cas.

En tout cas, c’est l’occasion pour nous de réfléchir sur la place de la femme et des femmes dans notre société, de souligner l’importance du combat pour les droits de toutes les femmes, et à ce problème qui reste un problème, celui de l’égalité entre les hommes et les femmes, et en particulier dans la vie professionnelle, mais aussi dans la vie de tous les jours. C’est aussi pour moi, plus simplement, de rendre hommage au travail de chacune de d’entre vous, qui vous consacrez au service, ici, de Matignon.

Alors, je le sais, Matignon, c’est une maison passionnante, mais c’est aussi une maison difficile, une maison exigeante, et vous toutes, nous tous ici, sommes au service d’une mission qui nous dépasse. Donc, je le sais, il y a souvent pour chacune d’entre vous beaucoup de sacrifices à faire dans le service des Français.

Merci donc pour votre dévouement, pour votre engagement, pour votre enthousiasme, pour votre détermination, pour la façon avec laquelle vous accomplissez cette mission.

Alors je pense à chacune d’entre vous, je pense aux juristes qui, au secrétariat général du Gouvernement garantissent la qualité et la régularité de nos textes législatifs.

Je pense à toutes celles qui assurent la gestion des services, des ressources humaines, du budget.

Je pense également à celles d’entre vous qui travaillent à la communication du gouvernement et qui font en sorte que la politique que nous menons soit bien comprise de nos concitoyens.

Je veux remercier aussi les gendarmes, les fonctionnaires des services de police, les officiers de sécurité qui veillent sur notre sécurité à tous, ainsi que l’ensemble des techniciennes sur qui repose la vie quotidienne de l’Hôtel de Matignon, les huissières, les jardinières, les conductrices. Grâce à vous Matignon c’est une maison qui fonctionne et dans laquelle, je crois, il fait bon travailler.

Je n’oublie pas enfin les conseillères de mon cabinet, leurs assistantes, dont les journées sont, je le sais, quand je les croise tard, dont les journées sont fort longues.

Chacun de ces métiers, vous l’exercez au meilleur niveau, en recherchant toujours l’excellence et l’efficacité, avec la conscience de l’importance de votre tâche, de notre tâche à tous. Vous l’avez fait en ne comptant ni votre temps, ni votre énergie. Et je sais combien il est parfois difficile de concilier la vie familiale et la vie professionnelle.

Par votre courage, vous êtes à l’image des femmes de notre pays. Avec plus de 80 % de femmes actives, la France est l’un des tout premiers pays pour le travail des femmes.

Elles ont conquis une place essentielle dans tous les domaines de la vie économique, en créant des entreprises, en innovant, en prenant des risques, en prouvant leur talent à des postes de direction ou dans des métiers qui ont souvent été réservés uniquement aux hommes.

Les femmes jouent aussi un rôle essentiel dans le renforcement de la cohésion de notre société. Elles le font souvent, là où c’est le plus difficile, et je pense dans les banlieues où beaucoup d’entre elles sont confrontées au chômage, où les jeunes filles ont souvent plus de mal à imposer leurs choix qu’ailleurs, et où le seul rempart contre la discrimination, c’est la République, c’est notre pacte républicain.

Les femmes qui se battent dans ces quartiers pour le respect, pour la laïcité et la liberté, nous rappellent que rien n’est jamais acquis dans ce combat : car malgré tous les progrès accomplis, l’égalité entre les hommes et les femmes n’est pas reconnue partout dans notre pays et n’est pas toujours inscrite dans la réalité sociale et professionnelle. Or une société qui ne fait pas toute leur place aux femmes, une société qui ne protège pas les femmes de la violence et des discriminations, c’est une société qui ne peut pas avoir confiance en elle et en son avenir.

C’est pour cela que j’ai voulu au Gouvernement prendre toute ma part dans ce combat pour l’égalité et la justice envers les femmes, et je veux remercier et saluer, Catherine Vautrin pour son engagement et pour son efficacité.

Nous avons porté de 16 à 18 ans l’âge minimum pour le mariage, afin de protéger les jeunes filles des mariages forcés.

Nous avons également progressé dans la voie d’une véritable parité dans le domaine politique : désormais la plupart des exécutifs locaux devront respecter une parité réelle. C’est une véritable révolution qui va s’engager et ouvrir bien plus largement les portes de la vie politique aux femmes.

Enfin nous avons fait de l’égalité dans la vie professionnelle un axe fort de notre politique économique.

La loi sur l’égalité salariale fixe aux partenaires sociaux l’objectif de supprimer les écarts de rémunération dans toutes les entreprises d’ici 2010.

Nous avons également reconnu et conforté le statut des conjoints collaborateurs dans les petites et moyennes entreprises artisanales, commerciales ou encore agricoles.

Dans la fonction publique, les différentes administrations ont pris 280 engagements pour garantir l’égalité des carrières, et notamment pour faciliter l’accès des femmes aux postes d’encadrement supérieur.

Surtout nous avons pris des mesures qui permettront de concilier plus facilement la vie professionnelle et la vie familiale en augmentant le nombre de crèches, en réformant le congé parental, en développant les services à la personne.

Ces progrès, nous pouvons bien sûr en être fiers. Mais il reste de nombreux domaines dans lesquels il faut aller plus loin. Il y en a un qui me tient particulièrement à cœur, et qui concerne l’éducation. L’éducation, vous le savez, c’est la clé de tout. La clé de l’emploi, c’est la clé de la réussite, mais aussi de la capacité à affirmer ses droits, ses opinions, sa liberté. A l’école, les filles réussissent souvent mieux que les garçons. Et pourtant, elles ne sont pas toujours encouragées dans leurs ambitions. Trop souvent on les décourage même de s’engager dans des études longues, ou vers des carrières scientifiques. C’est inacceptable dans une République qui veut offrir à tous ses enfants le même accès au savoir. C’est également un obstacle pour le dynamisme de notre pays qu’il nous faut encourager. Je pense que c’est l’un des grands chantiers pour faire progresser encore l’égalité entre les hommes et les femmes.

Mesdames, chères amies,

Avant de terminer, je voudrais vous redire avec beaucoup de force toute ma reconnaissance pour le travail que vous effectuez ici au quotidien. C’est une chance pour notre pays de pouvoir compter, ici, à Matignon, où tant de décisions importantes sont prises, et où se joue chaque jour l’avenir de notre pays, sur chacune d’entre vous, sur votre compétence, sur votre savoir-faire, sur votre détermination, sur votre enthousiasme. Croyez bien qu’au quotidien, on sent la différence, on sent ce que vous apportez. Et je tiens à chacune vous en remercier.

Merci beaucoup !

Thèmes

Cet article se rattache à ...

Chantiers

Parité

promouvoir l’égalité hommes femmes
7-09-2006 14:50
En savoir plus sur Parité

Accueil ThématiqueToute l'information gouvernementale en continuLes chantiersLe GouvernementParticipez aux forums
République Française   |   SIG © 2006   |   Plan du site   |   Infos Site   |   Version Mobile   |   Màj : 04/06/2007, 14:19