Conseils des ministres
Imprimer cette page 2-11-2006 12:15

Commission nationale consultative des droits de l’homme

Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, a présenté un projet de loi relatif à la Commission nationale consultative des droits de l’homme.

Depuis 1948, date de la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans plus de cent pays et sur tous les continents, des instances collégiales indépendantes des États et des organisations ou associations non gouvernementales se consacrent à la promotion des droits de l’homme. Ces institutions, comme, en France, la Commission nationale consultative des droits de l’homme créée en 1947 à l’instigation de René Cassin, ont été l’objet d’une attention de plus en plus soutenue de la part de l’Organisation des Nations unies. C’est ainsi qu’ont été établis, en 1993, les "Principes de Paris" qui définissent l’objet de ces institutions et les principales garanties dont elles doivent disposer pour accomplir leur mission.

Les Nations unies ont ensuite engagé une procédure d’évaluation de ces instances nationales afin d’apprécier si elles répondent aux Principes de Paris et peuvent être, de ce fait, accréditées pour participer aux travaux du nouveau Conseil des droits de l’homme. Parmi les garanties que doivent présenter ces institutions figure l’exigence que leur statut soit garanti par la Constitution nationale ou prévu par un texte de valeur législative.

Le projet de loi répond à ces exigences en substituant au décret du 30 janvier 1984, seul texte régissant actuellement la Commission nationale consultative des droits de l’homme, une loi qui consacre l’existence de cette commission, définit ses missions, fixe les conditions de nomination de ses membres et les garanties essentielles dont ils bénéficient.

Le rôle de conseil et de proposition qui incombe à la commission dans le domaine des droits de l’homme, du droit humanitaire et du respect des garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l’exercice des libertés publiques est réaffirmé. La commission peut se saisir d’elle-même d’une question entrant dans son domaine de compétence et appeler publiquement l’attention du Gouvernement et du Parlement sur les mesures qui lui paraissent favoriser la protection et la promotion des droits de l’homme.

Le projet de loi précise que les mandats des membres en cours au moment de sa publication se poursuivront jusqu’à leur terme.


Thèmes

Cet article se rattache à ...

Accueil ThématiqueToute l'information gouvernementale en continuLes chantiersLe GouvernementParticipez aux forums
République Française   |   SIG © 2006   |   Plan du site   |   Infos Site   |   Version Mobile   |   Màj : 04/06/2007, 14:28